Quitter son job, bloguer, trouver un job!

Publié le par Antonio Fontes


Et en partie grâce à l’un de mes blogs. Je ne vais pas en faire une allégorie ni me propulser évangéliste du blog mais ne crachons pas dans la soupe : les blogs peuvent vous aider à trouver du boulot.

En tentant de ne pas franchir le cap du moralisateur, je souhaite simplement au travers de cet article, vous proposer quelques conseils et idées tirés de cette très récente expérience.


En démissionnant…

J’ai annoncé ma démission pour la fin du mois d’octobre. Etant collaborateur depuis plus de deux ans dans la société, les lois suisses m’imposaient un préavis d’une durée de deux mois. Je n’ai pas joué le fumiste: je crois avoir pleinement satisfait les exigences de mon ex-employeur et j’ai tenté de bien lui livrer tout ce qu’il me demandait durant cette période. J’ai également tenu à n’appliquer aucune rétention d’information, et être totalement transparent vis-à-vis de mon successeur.


En cherchant…

Parallèlement, j’ai cherché du boulot. Il faut savoir que cette démission a été motivée par un argument principal étant le « STOP, CA SUFFIT !» J’ai donc annoncé ma démission sans filet de sécurité : aucune proposition en vue ni opportunité. Une vraie connerie, comme beaucoup me l’ont dit. Une vraie connerie, c’est aussi ce que je me suis très vite mis à penser moi aussi.

Je me suis tout d’abord constitué un CV. Je l’ai ensuite balancé à tous les cabinets de recrutement de la place genevoise. Je dis bien ‘balancé’ parce que c’est le terme approprié : accompagné d’un petit mot du genre « bonjour, je suis bientôt dispo, je cherche du boulot dans tel et tel domaine, je sais faire ça ça et ça et contactez moi si vous avez quelque chose. Merci, salutations, bye. »

Certains ont sûrement du jeter mon courrier à la poubelle en constatant le temps et l'effort que j'y ai consacré.


En respectant ses principes…

Des appels téléphoniques de recruteurs à première vue corrects et intéressés, il y en a eu quelques uns. J’ai même fait exprès de ne pas rappeler lorsqu’on me le demandait par email, ou de répondre « non je ne peux pas vous faire cette lettre pour ce soir, vous l’aurez demain matin et c’est tout » à certains interlocuteurs. L'objectif était simple: montrer que je suis quelqu'un qui cherche un job qui lui convient et non quelqu'un à la disposition des entreprises voulant bien de lui.


En se fixant aussi des priorités…

  • Premier mois de préavis, je postule et n’accepte que des propositions de directeur ou responsable. Je n’en ai pas les compétences ou l’expérience mais, on ne sait jamais, sur un malentendu…ça peut toujours marcher !

  • Deuxième mois de préavis, deux premières semaines : je prends en considération les offres qui me plaisent et qui paient de supers salaires.

  • Deuxième mois de préavis, deux dernières semaines: je n’accepte que ce qui m’ouvre potentiellement des portes à l’avenir ou ce qui paie bien.

  • Après, je  m'inscris au chômage. Quatre ans que je bosse et que je cotise, j'ai le droit à une petite pause quand même!

En se relevant…

A ma grande surprise, j’ai constaté que l’on a pris ma demande et mes attentes au sérieux dans pas mal d’endroits.

Les entretiens ont plusieurs fois été courts et peu concluants :

(pour un poste d’administrateur bases de données)
-    Accepteriez-vous de venir travailler en complet ?
-    Non.

(pour un poste de business analyst)
-    Nous n’envisageons que des candidatures sur le très long terme. Le processus de recrutement est long (compter au moins trois entretiens) et nous nous assurons que vous ne partirez pas après six mois. Est-ce que vous nous suivez ?
-    Non.

(pour un poste de développeur web)
-    c’est un poste très bien rémunéré
-    ouiiiiiii
-    avec de bonnes possibilités d’avancement
-    ouiiiiii
-    vous travaillerez en équipe
-    ouiiiiii
-    vous interviendrez dans la conception et le développement de logiciels et concepts liés au domaine de la publicité sur Internet.
-    Au revoir.

Etc.

Le premier mois est très vite passé : autant au boulot que dans mes recherches. Je n’ai rien vu passer tellement c’est allé vite ! Plusieurs candidatures restées sans réponse (rendez-moi mon CV !) et plusieurs journées à plus de dix heures assis derrière l'écran!


En se remettant en question…

Je croyais franchement avoir assuré. Clair, précis, concis, tels étaient les maîtres mots de mon CV.

J’ai dû me tromper d’époque…

« il manque vos qualifications »
« vous devez séparer vos projets professionnels et vos projets personnels »
« on ne comprend rien »
« vous avez un CV d’informaticien, pas de consultant »
« l’expérience professionnelle se place après la formation »
« franchement, Antonio, ton CV, il est merdique ! Moi je ne voulais même pas te voir mais X. t’a recommandé. Sinon tu ne serais jamais venu dans ce bureau.».

Le dernier exemple vous paraît être le pire ? Et bien, pour l'anecdote, c’est le plus  honnête de tous, et ce sont les paroles de celui qui m’a engagé.


En bloguant…

Ce qui est particulièrement intéressant dans tout ceci c’est que je rédige depuis plusieurs mois ou années selon les cas, des articles dans plusieurs blogs. Des articles personnels, intimes, d’un côté, moins intimes de l’autre, des articles relativement techniques liés à ma profession précédente ou tout simplement plus ‘humains’ et/ou ‘sociaux’, tels que ceux rédigés sous l’identité ‘supercoach’.

J’ai longtemps pensé qu’il me fallait tenter d’apporter une contribution intelligente et utile aux lecteurs au moins sur un blog. Cela serait ma représentation ‘sérieuse’ et ‘adulte’ sur le web. Oui, il faut le dire, je ne suis pas très adulte comme personnage. D’ailleurs je devrais une fois vous parler de « grands moments de solitude », comme les nomme si bien un ami, au travail. Ceux dus à mes expressions, mes sales habitudes ou encore les fois où je me sens observé après avoir sorti une blague à la limite du mauvais goût ou tout simplement nulle.

Revenons au sujet principal :apporter une contribution intelligente et utile aux lecteurs. Pourquoi ? Simplement au cas où un jour je serai dans le besoin, où il me faudrait trouver un travail, cela aurait été une bonne chose d’être connu pour une compétence bien précise!

Et bien l’ironie de la situation est que malgré tous mes efforts, c’est sur mon blog le plus ‘instructuré’ et le plus foncièrement ‘inutile’ que le contact a été établi. Plus important encore : je n’ai pas directement parlé de ma situation de recherche d’emploi mais j’ai simplement apporté une contribution à un article d’une blogueuse, un peu ‘voisine’ de mon blog, en recherche d’emploi. Et encore plus important que tout: je connaissais déjà cette personne!


En trouvant un job…

Que fais-je aujourd'hui ?

Je gère depuis trois semaines le système d’information (comprendre : systèmes, réseaux, logiciels de communication, etc.) d’un cabinet d’audit de sécurité informatique. J'ai un peu d'expérience dans la sécurité des applications web et cela m’amène également à être intégré avec l’équipe d’auditeurs pour les missions demandant des compétences spécialisées dans ce domaine.

Le salaire de base est relativement bas, les journées de dix heures ne sont pas rares, les possibilités de bonus à l’initiative ou la performance sont nombreuses, il y a une bonne ambiance dans la société, elle est en pleine croissance et le plus important : presque tous les collaborateurs, les managers et la direction se défoncent pour faire avancer les choses.

Au niveau technique, c’est l’avalanche de technologies à gérer : postes utilisateurs et serveurs en environnements totalement hétérogènes; très forte segmentation du réseau; compartimentation de l’information au niveau de chaque projet (vous ne pouvez pas savoir sur quoi bosse la jolie collaboratrice assise juste derrière vous); dispositifs de sécurité de tous types; gestion centralisée et automatisée de tous les systèmes utilisateurs; chiffrement des données à tous les niveaux même pour les communications en interne, etc. Je vous garantis que j’ai dû ressortir des livres pour me remettre dans le bain !

Lorsque l’on place une personne dans la gestion du système d’information d’une telle société, je vous laisse deviner le niveau de confiance sur lequel s’appuie la relation entre vous et la direction…

Vous l’aurez sûrement deviné : ce genre de job ne peut être obtenu par les voies traditionnelles, que ce soit les annonces ou les recruteurs. Seule la recommandation est possible. Et pour cela, votre blog peut vous donner un léger coup de pouce !



En concluant…

Beaucoup de blogs sont clairement construits autour d’une stratégie de recherche d’emploi. Certaines plates-formes encouragent même cette attitude : « Regardez je suis bon dans ce domaine!» (je suis moi-même tombé un peu dans ce piège, je l'avoue)

Cela peut payer une fois, par chance. Je ne me sens cependant que très rarement convaincu lorsque je lis ces blogs. Pire encore, lorsque leur auteur trouve un job, le blog est souvent laissé aux oubliettes « circulez , y a (plus) rien à lire, revenez quand j’aurai besoin de vous ! »

Cette stratégie me fait un peu penser aux enseignants universitaires (désolés si vous êtes concerné-e) : ils parlent beaucoup mais au final, on entend que des mauvais échos d'eux sur le terrain. Tout comme leurs étudiants…

Je crois qu’il est surtout utile d’envisager les blogs dans une stratégie globale de « gestion de l’identité ». Derrière ce terme un peu élitiste se cachent des concepts simples : montrer qui je suis, parler de mon quotidien, exprimer mon opinion lorsque j’en ai une, tenter d’apporter une valeur ajoutée personnelle si le concept a déjà souvent été abordé ailleurs, se faire connaître. Non pas pour ‘une compétence’ mais plutôt comme une personne qui possède ‘cette compétence’ parmi d’autres.

Intégrer une vision globale des blogs dans une stratégie relationnelle axée sur le long terme, je crois que cela peu s’avérer payant.

Mais je crois que cela peut aussi surtout conduire à la situation opposée… mais ceci est une autre histoire.


Merci d’avoir pris le temps de lire cet article, finalement bien plus long que prévu ; )




PS : Merci à toi Rémy pour ton message, comme tu as pu le lire ci-dessus, le temps m’a cruellement fait défaut ces derniers jours et j’ai encore besoin d’un peu de temps pour reprendre contrôle de mes heures accordées à la rédaction d’articles ; )

Publié dans Moi

Commenter cet article

Rémy66 24/11/2005 02:25

Merci Antonio, je comprends mieux maintenant.
Tiens, j'ai bien envie de faire pareil, pour voir ...

Clara 20/11/2005 22:53

Très bel article Tonio, qui illustre parfaitement qu'il faut toujours garder la Foi en soi... Je suis bien heureuse pour toi, mais en même temps je sais que ce n'est que justice, car tu le vaux bien ;-D