Luc-Olivier Erard : pour ou contre les blogs ?

Publié le par Antonio Fontes

Les élèves du bourg risquent le pire d' Internet.

C’est ainsi que s’intitule l’article publié dans La Côte, un journal vaudois (Suisse), au sein duquel l’on apprend que l’une des figures romandes du blog anime un projet de blogs éducatifs en environnement scolaire.

“Mais ce site internet n'échappe pas aux «règles» du web […] une multitude de commentaires d’origine douteuse consistent à proposer des liens sur des sites à contenu pornographique. D’autres transmettent des virus aux visiteurs imprudents.”

L’inspecteur principal adjoint à la police, cite dans l’article, est sans equivoque: “[…]les filtres existent mais ne sont jamais efficaces à cent pour cent[…] un adolescent qui parle de ses problèmes en public, c’est très dangereux. Il n’y a pas de problème avec les blogues signalés dans le canton, car leur utilisation est très récente. Mais il y en aura, je le sais déjà.”

L’article se termine par un commentaire de Luc-Olivier Erard, auteur de l’article : « […]l’utilisation d’internet à l’école se développe de manière anarchique.[…] les enseignants ne peuvent éviter que les enfants, grâce à l’école, se trouvent à un clic de souris de propositions indécentes voire dangereuses.[…] »

Avant de conclure : « Si son utilité n’est pas clairement justifiée, l’activité proposée à Saint-Prex, une parmi d’autres, devra s’arrêter. »


Changeons de point de vue

Une pratique que j’apprécie particulièrement : voir les choses sous un autre angle. Je laisse donc partir mon imagination et je me pose la question : des adolescents romands ont la chance de pouvoir intégrer une expérience de « blogging » au sein de leur cursus scolaire. Ce projet permet pour certains d’entre eux de se familiariser avec l’édition sur Internet alors qu’ils sont encore à un âge ‘précoce’ et dans les meilleurs cas, de révéler une passion nouvelle ou jusque là inconnue pour l’écriture ou le journalisme.

Ces élèves sont encadrés par une enseignante (qui n'est autre que l'une des figures de la blogosphère suisse: Stephanie Booth) qui à première vue semble très bien connaître le domaine de la communication sur Internet (contrairement à beaucoup d’autres déjà croisés au cours de mon existence) vu qu’elle y est directement impliquée depuis plusieurs années.

Plusieurs dispositifs sont mis en place pour protéger ses jeunes contre les facéties du web : filtres anti-spam ainsi qu’une modération totale des réactions, effectuée de manière centralisée sous la responsabilité de la directrice du projet.

Comparons cela à Skyblog. Une plate-forme recensant plus de 1'490'000 (un million quatre cent nonante mille !) blogs la plupart édités par des ados, voire plus jeunes, la majorité s’exprimant par onomatopées, insultes et autres déformations de la langue française et partageant leurs passions, sans toutefois passer au côté de certains débordements il est vrai.

Mais non. Ces gosses s’expriment au sein d’un projet scolaire et sont encadrés par un personnel compétent. Il faut arrêter cela, nous sommes en Suisse.

Un mot, très simple : pfffff

Si vous souhaitez donner une suite à cet article, n’hésitez pas à jeter un œil sur Reflexive-Blog, où il a même été proposé d’exiger la démission du journaliste en question.

Publié dans Désinformer

Commenter cet article