Quand la police tire un coup de feu

Publié le par Antonio Fontes

Hier soir, dans le quartier de la Servette à Genève, la police a procédé à l’interpellation de quatre trafiquants de drogue. Se sentant menacé par un conducteur plongeant, après sommation, sa main entre les sièges du véhicule, le policier a tiré.

Faut-il préciser que la dépêche sur le site d’un quotidien genevois était intitulée «Coup de feu lors d’une opération de Police» ?

Je me suis alors un peu penché sur les autres articles traitant du sujet. Le coup de feu tiré semble être l’élément le plus important dans chaque article.

En sommes-nous arrivés au point où la police ne peut même plus dégainer face à des dealers sans que cela fasse sensation dans les journaux ?

Effectivement, lorsque je vois l’émotion provoquée dans un transport public lorsqu’une personne élève un tant soit peu la voix lors d’une discussion au téléphone, il n’y a plus à s’étonner qu’un coup de feu de la police puisse faire parler de lui…

Quatre dealers pour un coup de feu, je pense que c’est très rentable. Très rentable.

Publié dans Communiquer

Commenter cet article